Google devient Alphabet… mais BMW garde alphabet.com et .fr !

Il aurait fallu que Google « google » quelques uns des domaines les plus important pour son groupe -alphabet.com, mais aussi alphabet.fr- avant de se décider à changer de nom… parce que le domaine n’est pas disponible ! Pire : son propriétaire actuel, BMW, n’est pas enclin à lâcher ce morceau pour le moment… 

Un petit grain de sable dans la chaussure du géant

Sobre, l'annonce sur le site abc.xyz cache quelques erreurs stratégiques

Sobre, l’annonce sur le site abc.xyz cache quelques erreurs stratégiques

Ne pensez pas que Google ne réfléchit pas chacune des ses actions, et que l’opération de changement de nom n’a pas été préparé en sous-marin depuis longtemps. Le domaine choisi, d’ailleurs, est très intelligent et impossible à oublier : il s’agit de abc.xyz

Pour autant, il serait curieux que Google ne cherche pas activement à récupérer les domaines alphabet.com, mais aussi nombre de variantes avec TLD différent, ne serait-ce qu’à des fins de redirection.

Or, la plupart de ces domaines appartiennent à la célèbre marque Allemande de voiture BMW. En effet, on peut retrouver dans le whois de alphabet.fr, de alphabet.asia ou alphabet.co.uk le nom du propriétaire : Bayerische Motoren Werke AG. 

Enfin, pas besoin d’aller aussi loin : un simple test sur différents domaines montre que BMW utilise un grand nombre de ceux-cis pour son service de location longue durée également dénommé Alphabet.

BMW n’est pas prêt à lâcher le morceau… Google montre les dents ?

Hasard ou préméditation, plusieurs domaines alphabet.* présentent des problèmes de sécurité... uniquement sous Google Chrome !

Hasard ou préméditation, plusieurs domaines alphabet.* présentent des problèmes de sécurité… uniquement sous Google Chrome !

Le service de location longue durée de la marque à l’hélice, Alphabet, est en effet disponible dans de nombreux pays européens. En tant que marque déposée exploitée par le géant de l’automobile, ils sont en effet dans leur droit. La société a fait savoir au Times qu’ils n’ont pas l’intention de se séparer de la marque, ni des domaines.

De toute façon, un combat juridique sur des notions de droit est peine perdue : des centaines, si ce n’est des milliers d’entreprises utilisent déjà ce mot très courant dans leur communication.

Hasard technique ou représailles non assumée par Google, le navigateur Chrome semble rendre difficile l’accès à différents domaines – dont alphabet.de et alphabet.nl – en marquant un message d’avertissement que les utilisateurs lambda peineront à contourner.

Vous aimez ? Partagez !